Débat autour de la levée des brevets.

Face à la pandémie de Covid-19, des vaccins ont été développés dans l’urgence par les laboratoires pharmaceutiques afin d’endiguer l’épidémie dans le monde.

Les puissances publiques ont dépensé 8 milliards de dollars pour soutenir leur développement. Ce montant légitime la remise en cause de l’exclusivité de l’exploitation commerciale octroyée par le droit des brevets sur les médicaments aux industries productrices. Fortes de ces droits, ces dernières ont eu toute latitude de préférer augmenter leur profit en vendant les doses vaccinales aux pays riches, au détriment des populations des pays à faible revenu. Selon l’OMS, 60% de la population mondiale a reçu deux doses de vaccin, mais seulement 17% de vaccinés en Libye, 8% au Nigeria ou encore, moins de 5% au Cameroun (https://www.huffingtonpost.fr/actualites/article/les-brevets-des-vaccins-anti-covid-leves-temporairement_197837.html).

La question de la levée des brevets sur les vaccins et traitements contre la Covid-19 s’est alors imposée pour garantir l’accessibilité de ces produits à l’échelle mondiale. Une bataille s’est engagée entre les acteurs internationaux favorables à  une levée des brevets sur les vaccins et les traitements contre la Covid-19, et ceux, à l’inverse, qui y sont fermement opposés.

Dans son article « lever les brevets sur les vaccins ? Propriété industrielle et bien commun », (accessible via le lien  )

http://medicament-bien-commun.org/wp-content/uploads/2022/10/lever-les-brevets-sur-les-vaccins-1.pdf

paru dans la revue Esprit n°486 en juin 2022, Pierre Crétois analyse les enjeux de la propriété intellectuelle et les droits des brevets appliqués aux vaccins et traitements contre le coronavirus, du point de vue des différents protagonistes (institutions publiques, producteurs, chercheurs, patients, …) et suggère quelques pistes pour de possibles alternatives. De quoi alimenter le débat.

Médicament Bien Commun : 11-10-2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.